Tonsure(s)

Les modes, on n’est pas obligé de les suivre mais il est bon de les connaître.

Déjà, connaître l’histoire du mouvement skinhead.
Se tondre, ce n’est pas anodin.
On n’est pas que dans l’apparence, il y a volonté de faire partie d’un ensemble.

5-rude-boys

Skinhead (des mots anglais skin « peau » et head « tête » : « cuir chevelu – à nu ») désigne à l’origine un jeune prolétaire britannique aux cheveux tondus ou non. Le phénomène skinhead est né au Royaume-Uni à la fin des années 1960. Il est apparenté à la mouvance modernist (les mods). Sa bande-son originale fut le early reggae, le ska et la soul américaine1.

(..)

À l’origine les skinheads n’étaient en aucun cas des militants politiques ou syndicaux. Leurs points communs étaient leur origine sociale modeste, leur amour de la musique noire, en particulier jamaïcaine, et leur goût pour la bagarre. Cette mode rassemblait aussi bien des blancs que des noirs. C’est avec l’apparition du punk rock en 1977, et surtout du chômage qui frappe de plein fouet l’Europe à la fin des années 1970, que le mouvement skinhead se scinde, et qu’une partie des skinheads est séduite par les textes néonazis de la seconde formation du groupe britannique Skrewdriver, tandis que d’autres se tournent vers l’extrême gauche.

Actuellement, les skinheads sont nombreux à travers le monde, mais profondément divisés, tant par leurs références musicales, que par leurs attaches idéologiques. Le clivage principal demeure l’opposition politique, entre une tendance marquée par l’extrême droite, les apolitiques d’autre part, et l’extrême gauche par ailleurs. Il n’existe pas de mouvement global skinhead mais une mouvance hétérogène. Cette mouvance peut être définie et comprise comme un ensemble de références musicales et vestimentaires revendiquées en partie ou en totalité par des groupes d’individus aux comportements et aux idées très différents 2.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Skinhead

Il n’y a pas que les skinhead qui se tondent.
Les esclaves étaient tondus.
Les guerriers le sont.
Il s’agit dans le premier cas comme dans le deuxième de déshumanisation.
Le prétexte est le coté pratique, éviter les poux, gagner du temps au quotidien .

Mais les cheveux sont un lieu chargé de codes.
De l’iroquois punk au dreadlocks, au brushing du présentateur, au footballeur.
C’est un attribut dont on ne gouverne pas la croissance ni la disparition.

Il y a de gros mythes là .

En fait, tondre empêche qu’on ait littéralement prise sur la tête.

Ce mouvement a été récupéré, puis ostracisé.
Cette définition n’est pas assez connue, les amalgames sont nombreux.

C’est à rapprocher a mon avis des  classes sociales.

Savoir à laquelle on appartient est important.
La classe moyenne est la mort des classes, sa dilution.
Mouvement social

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s