icône

 

angelus-novus

 

Angelus novus est une aquarelle de Paul Klee peinte en 1920 et faisant actuellement partie de la collection du musée d’Israël, à Jérusalem.

Le philosophe et critique d’art allemand Walter Benjamin, qui posséda cette peinture et contribua grandement à sa notoriété, en parle comme suit dans la neuvième thèse de ses Thèses sur le concept d’histoire :

« Il existe un tableau de Klee qui s’intitule Angelus novus. Il représente un ange qui semble avoir dessein de s’éloigner de ce à quoi son regard semble rivé. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. Tel est l’aspect que doit avoir nécessairement l’ange de l’histoire. Il a le visage tourné vers le passé. Où paraît devant nous une suite d’événements, il ne voit qu’une seule et unique catastrophe, qui ne cesse d’amonceler ruines sur ruines et les jette à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler les vaincus. Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si forte que l’ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse incessamment vers l’avenir auquel il tourne le dos, cependant que jusqu’au ciel devant lui s’accumulent les ruines. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès1. »

— Walter Benjamin, Thèses sur la philosophie de l’histoire

L’historien de l’art Otto Karl Werckmeister dit plus tard que le travail d’interprétation de Walter Benjamin avait fait de ce tableau une véritable « icône de la gauche »2.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s