Formule logique

Les formules logiques sont l’équivalent des phrases du langage naturel.

Les formules du langage sont interprétées, suivant la sémantique de la logique considérée, en leur attribuant une valeur de vérité. La syntaxe du calcul des prédicats nécessite d’introduire une autre notion, celle de terme, la syntaxe des termes du langage étant liée à une signature. Les termes sont eux interprétés par des objets (nombres, points, etc.).

Par exemple, pour une syntaxe assez habituelle du calcul des propositions classique, construit sur des variables propositionnelles désignées par les lettres de l’alphabet, on aura que « (a → b) » (lire « a implique b » ou « si a, alors b ») est une formule. Il est possible d’interpréter cette formule, de lui donner une valeur de vérité : si on attribue par exemple les valeurs « Faux » à a et à b, la formule prend la valeur « Vrai ». La lettre « a » est aussi une formule propositionnelle. Par contre l’assemblage « (a → » n’est pas une formule. Il n’a aucune signification, même si on attribue à a une valeur de vérité.

Il est possible d’assembler les formules pour construire des démonstrations, suivant des règles formelles associées à un système de déduction.

via Formule logique — Wikipédia

Ce peut être à rapprocher des biais cognitifs.


Limites des syllogismes

John Stuart Mill (et avant lui, Sextus Empiricus) évoque les limites du syllogisme en remarquant que dans la pratique un syllogisme déductif est rarement applicable sans une part plus ou moins escamotée d’induction.

Ainsi, le célèbre syllogisme

Tous les hommes sont mortels ;
Socrate est un homme ;
Donc Socrate est mortel

repose sur la validité de la prémisse « tous les hommes sont mortels », qui n’est pas vérifiable.

cf Syllogisme#Limites_des_syllogismes


 

Si il y a quelque chose d’humain, ça échappe à la logique.
C’est une construction branlante, faite d’étais mal ajustés.
Un truc qui peut s’effondrer. ( et va le faire, Socrate est mort.)

Il y a quelque chose que l’on voudrait plus perenne que nos corps dans ce que l’on fait.
Une œuvre (au sens d’action), qui perdurerait, et participerait pour nous au futur que l’on imagine. Des machines agissantes, des traces.

On voit bien les problèmes de conservation que posent les productions artistiques (cf Manzoni).
Le numérique n’y échappe pas.

Les soucis d’archivage, de catalogage semblent découler de ça.

rhinoceros-023-margot

Cet été, en Mayenne, J’ai visité une grotte contenant des gravures découvertes récemment.
http://www.hominides.com/html/lieux/grotte-margot-gravures-releves.php

2 périodes d’occupations :
– Gravettien (29 000 – 23 000 ans)
– Magdalénien supérieur et final (-9 000 – 12 000 ans)

Il y avait là des rhinocéros , des hommes, et une mer.

Le trait est très fin.

-la question est : est ce la préhistoire, ou un début de l’histoire?

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s