Immobilisme Peur Mouvement Cuisine

ob_a59e99_gargantua-5bf381

 

Je ne pense pas qu’avancer dans un processus fige les choses. Simondon nous le montre bien quand un processus (mécanique, de pensée…) est vite dépassé par un nouveau besoin, une nouvelle idée sans limite, inépuisable.

Seules nos peurs peut nous empêcher d’avancer.

Je repense à de ton premier désir, idée sur le mouvement, la cadence des choses. On est bien dans un mouvement commun, à une cadence de fous!

Nous produisons quelque chose que nous n’arrivons pas (encore) à nommer, à articuler, à déplacer car notre désir est encore là à se frotter avec cet inconnu commun.

Il faut évacuer la question allons nous ou pas produire de l’art (tout chaud) et rester sur le « je ne préférerais ne pas » de Bartleby.

Notre cuisine s’équipe, nous n’avons pas encore cuisiner. On verra bien pour le menu et sa composition.

Il dispensait son temps de telle façon que, ordinairement il s’éveillait entre huit et neuf heures, qu’il fit jour ou non ; ainsi l’avaient ordonné ses professeurs en théologique. Puis se gambadait, piaffait et se roulait sur son lit quelques instants pour mieux amuser ses esprits ; ensuite il s’habillait d’après la saison, mais de préférence il endossait une grande et longue robe de grosse frise fourrée de renards ; il se peignait ensuite du peigne d’Almain, c’est à dire avec les quatre doigts et le pouce, car ses précepteurs disaient que c’était perdre son temps en ce monde que se, laver, se peigner et autrement se nettoyer. Après quoi il fientait, pissait, rendait sa gorge, rotait, pétait, baillait, crachait, toussait, sanglotait, éternuait et se morvait tel un archidiacre. Pour vaincre la rosée et mauvais air, il déjeunait ensuite de belles tripes frites, de succulentes tranches de bœuf grillées sur des charbons, de délicieux jambons, de savoureuses grillades de chevreaux et de force soupes de primeurs.
Ponocrates lui remontait qu’il ne devrait pas, sans avoir fait quelque exercice, prendre nourriture aussitôt le saut du lit. Gargantua répondait :
« Quoi ! n’ai-je point pris un exercice suffisant ? Je me suis vautré six ou sept fois sur le lit avant de me lever. N’est-ce point assez ? Sur le conseil de son médecin juif, le pape Alexandre faisait de même, et jusqu’à la mort il vécut en dépit des envieux. Mes premiers maîtres m’y ont accoutumé, me disant que le déjeuner rendait la mémoire bonne ; aussi buvaient ils les premiers. Je m’en trouve fort bien et n’en dîne que mieux. Et Maître Tubal, qui fut le premier de sa licence à Paris, ne me disait il pas qu’il est préférable de partir de bonne heure que de courir ensuite ? Aussi l’humanité doit elle son salut à boire matin, et non à tas, à tas, comme des canes :
Lever matin n’est point bonheur.
Boire matin est le meilleur.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s