Décohérence quantique

La décohérence quantique est une théorie susceptible d’expliquer la transition entre les règles physiques quantiques et les règles physiques classiques telles que nous les connaissons, à un niveau macroscopique. Plus spécifiquement, cette théorie apporte une réponse, considérée comme étant la plus complète à ce jour, au paradoxe du chat de Schrödinger et au problème de la mesure quantique.

L’idée de base de la décohérence est qu’un système quantique ne doit pas être considéré comme isolé, mais en interaction avec un environnement possédant un grand nombre de degrés de liberté. Ce sont ces interactions qui provoquent la disparition rapide des états superposés.

via Décohérence quantique — Wikipédia

C’est une expérience de pensée.Avec une base scientifique.

regarde la vidéo « Mesure de la décohérence par oscillations de Rabi dans un système superposé » sur la page liée.

La question peut se poser de savoir si le mécanisme de la décohérence s’applique dans tous les cas de figure où s’applique le postulat de réduction du paquet d’onde. Il s’avère que certains cas importants échappent au formalisme de la décohérence, notamment ceux où les observables apparaissent en cours de mesure, comme dans le cas des chambres à bulles. Il n’y a donc aucune preuve formelle que le mécanisme de la décohérence s’applique à ces cas de figure. Toutefois, il n’y a pas non plus de preuve du contraire, et l’opinion largement répandue parmi les scientifiques est qu’il est vraisemblable que la décohérence soit un phénomène universel.

C’est en quelque sorte un memento (mori?) pour le chat de Schrödinger.

Peut on mesurer le temps qu’on met à oublier,
si le fait de l’observer modifie l’état d’un souvenir?

C’est une analogie un peu facile.
Elle réduit la pensée à une somme d’objets.
Elle a le mérite d’être humaine.

Il y a l’histoire du peintre chinois de Hockney.
Qui observe un paysage dans un premier temps,
rentre chez lui, et (le) peint de mémoire.

« états superposés »

sculpture-bilbao

Cai Guo-Qiang – « Cour de la perception des impôts de Bilbao », 2009 – Sculptures grandeur nature créées sur place par des sculpteurs artisans invités ; argile, structures en fil de fer et en bois, accessoires et outils de sculpture, photocopies fac-similés de documents et photographies associés à « Cour de la perception des impôts » (datée 1965) – Dimensions variables – Photo: Erika Barahona-Ede – FMGBGuggenheim Bilbao Museoa, 2009

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s