bredouille

Cette expression vient du jeu de tric-trac, très en vogue entre le XIIe et le XIXe siècle.
A l’origine, jouer « bredouille », c’était gagner tous les coups sans en laisser un seul à l’adversaire.
Le terme a ensuite été appliqué au perdant malheureux, avec l’un des sens qu’il a aujourd’hui, ou à la femme qui revenait du bal sans que quiconque l’ait fait danser, autre manière de revenir sans gibier.

Une activité qui ne produit pas trop de co2.

 

gerbrand_van_den_eeckhout_-_tric-trac_players_-_wga7471

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s