Pointeur

L’utilisation des pointeurs permet d’avoir accès à la couche basse de l’ordinateur, un accès direct à la mémoire. On peut littéralement se déplacer de case mémoire en case mémoire.

(…)

Dans les langages de plus haut niveau, l’utilisation des pointeurs est supprimée, au profit des références et des tableaux dynamiques gérés par le compilateur. Les références remplissent certaines fonctions des pointeurs en supprimant l’accès à la mémoire. Cela évite beaucoup de problèmes, en contrepartie certaines utilisations et optimisations ne sont plus possibles.

via Pointeur (programmation) — Wikipédia

Avoir un accès direct à la mémoire, c’est la prise de pouvoir.

L’accès direct à la mémoire ou DMA (sigle anglais de Direct Memory Access) est un procédé informatique où des données circulant de, ou vers, un périphérique (port de communication, disque dur) sont transférées directement par un contrôleur adapté vers la mémoire principale de la machine, sans intervention du microprocesseur si ce n’est pour lancer et conclure le transfert.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accès_direct_à_la_mémoire

et ça :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mémoire_virtuelle

 

L’histoire est le résultat d’une enquête (historia). Mais dans son travail de mise en ordre des événements, l’historien se heurte au manque de documents et à sa tendance naturelle à juger les faits. D’une part, en effet, l’histoire est une connaissance par trace, qui n’est qu’un témoignage partiel. L’histoire est donc une science fragile qui doit combler les lacunes de ses sources. D’autre part, en tant qu’individu appartenant à l’histoire, l’historien est nécessairement « le fils de son temps » (Hegel). Malgré son souci d’objectivité, il subit les convictions de son époque. « L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs » (Benjamin).

http://www.philomag.com/bac-philo/notions/lhistoire-1923

 

Un débogueur (ou débugueur, de l’anglais debugger) est un logiciel qui aide un développeur à analyser les bugs d’un programme. Pour cela, il permet d’exécuter le programme pas-à-pas, d’afficher la valeur des variables à tout moment, de mettre en place des points d’arrêt sur des conditions ou sur des lignes du programme …

Il s’agit de l’application à la programmation informatique du processus de troubleshooting.

De nombreux debogueurs permettent, en plus de l’observation de l’état des registres processeurs et de la mémoire, de les modifier avant de rendre la main au programme débogué. Ils peuvent alors être utilisés pour localiser certaines protections logicielles et les désactiver, amenant à la conception d’un crack. Ainsi, certains logiciels, connaissant le fonctionnement des débogueurs et voulant empêcher de telles modifications, mettent en place des techniques antidébogage (anti debugging tricks).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Débogueur

Le nazisme, un régime de la citationEric Michaud
https://imagesrevues.revues.org/885
imagesrevues-885

phrase tirée d’un forum :

« Sans passé, pas d’avenir ». Oui, c’est vrai, et Orwell (dont la citation est encore mieux) l’avait encore mieux décrit ; d’un autre côté, tu ne peux pas forcer les gens à apprendre. Donc ils n’ont que le passé que l’on veut bien leur donner, et ils n’en prennent que ce qu’ils veulent bien entendre. Je crains qu’à la fin, il n’en reste pas beaucoup.
On vit dans des temps où le taux (en occident) d’alphabétisation n’a jamais été aussi haut, et l’accès à la connaissance, par les bibliothèques et internet, n’a jamais été aussi facile et presque gratuit. Et pour autant, est-ce que ca change la volonté des publics d’apprendre ?
Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les chaises vides d’une bibliothèque un samedi après-midi à au parking d’un centre commercial de 180 boutiques…

source ici: http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=32&t=31563

Celui qui contrôle le passé contrôle l’avenir. Celui qui contrôle le présent contrôle le passé.
Citation de George Orwell
J’ai lu la ferme des animaux et 1984.
1984 en même temps que Farenheit 451.
de Ray Bradbury
Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu’elle empêche ses membres d’atteindre le bonheur.

Ce qui a causé l’émergence d’une telle société

  • Les méfaits de l’émergence d’une culture de masse. Comme le décrit le pompier Beatty, l’émergence d’une telle société n’a été rendue possible que par l’émergence d’une culture de masse, facilitée par la déliquescence du système scolaire :« Le cinéma et la radio, les magazines, les livres sont nivelés par le bas en une vaste soupe ». Les gens se sont désintéressés de la culture et ont préféré faire du sport ou regarder la télévision.
  • L’absence de mobilisation des intellectuels. La situation a aussi été rendue possible par le fait que les intellectuels comme Faber ne se soient pas mobilisés : « J’ai vu où on allait, il y a longtemps de ça. Je n’ai rien dit. Je suis un de ces innocents qui auraient pu élever la voix quand personne ne voulait écouter les « coupables ». » Ce message peut être considéré comme un appel à la communauté des intellectuels pour qu’ils se mobilisent contre l’analphabétisation de la société.
L’intérêt du point de vue depuis internet, c’est la multiplication des points d’entrée.
Une forme de neutralité naît d’un accès a des sources extrêmement disparates, que l’on peut croiser, pour s’en faire une idée qui à défaut d’être objective, est en perpétuel mouvement .
On n’a pas accès a tout, la tradition orale est rarement représentée, par exemple.
La langue pose problème, la traduction automatique montre très vite ses limites.
Il faut bien sûr mener un travail sur soi-même, pour pouvoir remettre en question ce en quoi on croit.
Il y a une phase d’initiation ( d’initialisation) car nous sommes naturellement crédules.
Un travail qui peut se faire dans la discussion.(et vraisemblablement uniquement par là, non?)
La librairie de Babel, sans construction centrale.
Un réseau de pair à pair, pour ce qui est du domaine du sensible.
Un point de vue fragmentaire qui s’assume et s’affirme et pas l’idée de vérité.
Un truc indestructible, mais extrêmement fragile si on le fige.
Une sorte de Gloubi-boulga , potion du Chef suédois , indigeste plutot que Reader’s Digest.
Dans leur livre La Fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie (Agone, 2008), les spécialistes des médias Noam Chomsky et Edward Herman ont violemment critiqué la propension du Reader’s Digest à lancer des campagnes de propagande, citant notamment le prétendu complot du KGB pour assassiner le pape, ou sur le lien de la revue avec d’anciens dirigeants de la CIA tels que Paul Henze4.
kogel_mogel
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s