esprit-monstre

Cet article explore les conditions complexes de production et de représentation d’un rituel amazonien, la danse des masques Atujuwá des Wauja du Brésil, exécutée à l’occasion d’une invitation rémunérée à Montpellier en juillet 2005. Les deux mécènes de cet événement étaient le musée du quai Branly alors naissant, c’est-à-dire le prestigieux musée ethnographique de Paris, et le festival de musiques du monde de Radio France et Montpellier. Il faisait partie d’un ensemble de spectacles et d’expositions à travers le pays qui marquèrent en 2005 l’année du Brésil en France.

(…)

« Dis-lui [le chercheur] que je l’ai vu [l’Atujuwá]. Je l’ai vu plus tôt [en rêve]. Il n’est pas venu et n’a pas fumé de tabac plus tôt, hier soir. Il n’a pas fumé de tabac. C’est très mauvais pour l’esprit-monstre. Ensuite, on nous a acheté un peu de tabac, juste un petit peu. On nous a acheté du tabac et l’esprit-monstre a fumé. Il l’a apprécié. C’était bon pour lui. Tu vois, il ne s’approchait plus de nous. L’esprit-monstre ne s’approchait plus de nous. Il avait fumé du tabac. Alors, ensuite “achète-nous du tabac”, a-t-on dit à cette personne qui a programmé le rituel, qui nous a invités. Nous avons demandé à cette personne “achète-nous du tabac” pour que les esprits-monstres puissent fumer, pour qu’ils ne nous fassent pas de mal, pour qu’on puisse bien vivre. Cet endroit est très loin de chez nous. »

(…)

Le Coca-Cola et le guaraná sont les boissons appropriées dans le monde des Blancs. Ils sont clairement plus valorisés que l’eau, non seulement parce qu’ils sont sucrés et plus chers, mais aussi parce qu’ils représentent les boissons qu’il est approprié d’offrir à un invité. Offrir du Coca-Cola à quelqu’un équivaut, dans les termes de la culture française, à offrir du vin, et non pas seulement de l’eau, à un invité reçu à dîner. Cependant, un représentant du musée du quai Branly sur place, entendant que les Wauja voulaient boire du Coca-Cola, s’exclama : « Mais c’est mauvais pour leur santé ! » Il passa complètement à côté de l’idée que, pour les Wauja, c’est précisément désirer et ne pas obtenir l’équivalent urbain d’une boisson sucrée décente qu’ils considéraient à la fois comme une offense et comme mauvais pour leur santé.

il y a un très beau compte rendu là:
https://gradhiva.revues.org/605

gradhiva-605

Sur le tabac et les trucs sucrés, mauvais pour la santé, je sais ou j’en suis.
J’ai un rituel là, depuis mes 11 ans.
Je n’en tire aucune fierté, mais c’est toujours bon de se situer.

J’ai vu un article « pourquoi les jeunes commencent t’il à fumer ? »
Il y a plein de réponses possibles.

Après, ce n’est pas bon pour la santé, et on n’a pas le droit d’en faire l’apologie.
Il y a aussi tout un business dont je me passerais bien, un monopole d’état.

Être frustré, ce n’est pas meilleur, à mon avis.

img_4844

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s