mouvements

fondlezarde.jpg

(…)
Lentement la brèche s’élargit, se rétrécit, s’élargit encore.

Les voyages à l’étranger se multiplient. Paris exerce toute l’attraction. Trop étendu dans le temps et dans l’espace, trop mobile pour nos âmes timorées, il n’est souvent que l’occasion d’une vacance employée à parfaire une éducation sexuelle retardataire et à acquérir, du fait d’un séjour en France, l’autorité facile en vue de l’exploitation améliorée de la foule au retour. À bien peu d’exceptions près, nos médecins, par exemple, (qu’ils aient ou non voyagé) adoptent une conduite scandaleuse (il-faut-bien-n’est-ce-pas-payer-ces-longues-années-d’études!)

Des œuvres révolutionnaires, quand par hasard elles tombent sous la main, paraissent les fruits amers d’un groupe d’excentriques. L’activité académique a un autre prestige à notre manque de jugement.

Ces voyages sont aussi dans le nombre l’exceptionnelle occasion d’un réveil. L’inviable s’infiltre partout. Les lectures défendues se répandent. Elles apportent un peu de baume et d’espoir.

Des consciences s’éclairent au contact vivifiant des poètes maudits : ces hommes qui, sans être des monstres, osent exprimer haut et net ce que les plus malheureux d’entre nous étouffent tout bas dans la honte de soi et la terreur d’être engloutis vivants. Un peu de lumière se fait à l’exemple de ces hommes qui acceptent les premiers les inquiétudes présentes, si douloureuses, si filles perdues. Les réponses qu’ils apportent ont une autre valeur de trouble, de précision, de fraîcheur que les sempiternelles rengaines proposées au pays du Québec et dans tous les séminaires du globe.

Les frontières de nos rêves ne sont plus les mêmes.

(…)

via Refus global – Wikisource

Refus global est un manifeste artistique publié le 9 août 1948 à Montréal par les Automatistes. Il paraît secrètement1 aux Éditions Mythra-Mythe.

Son auteur, Paul-Émile Borduas, remet en question les valeurs traditionnelles et rejette l’immobilisme de la société québécoise. Il considère alors que le surréalisme ne peut coexister avec le dogme religieux. Il désire plus que tout soustraire les contraintes morales afin d’épanouir sa liberté individuelle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Refus_global

http://classiques.uqac.ca/classiques/borduas_paul_emile/refus_global_projections_liberantes/refus_global_projections_liberantes.pdf

Des manifestes, il y en a un paquet.
Il contiennent les aspirations, permettent de décoder une recherche,
de partager une expérience .
Dans les sciences, je n’en connais pas.

Celui là me plaît bien, il est sans concession.

 


 

Mothra la mite et le mythe de Mithra.
je note  cette phrase pour sa sonorité.

mothracontragodzillaaff

Récit mythique

Selon un récit reconstruit à partir des images et de quelques témoignages écrits, le dieu Mithra nait d’une pierre (la petra generatrix) près d’une source sacrée, sous un arbre lui aussi sacré. Au moment de sa naissance il porte le bonnet phrygien, une torche et un couteau.
Adoré par les pasteurs dès sa naissance, il boit l’eau de la source sacrée. Avec son couteau, il coupe le fruit de l’arbre sacré, et avec les feuilles de cet arbre se confectionne des vêtements.
Il rencontre le taureau primordial quand celui-ci paissait dans les montagnes. Il le saisit par les cornes et le monte, mais, dans son galop sauvage, la bête le fit tomber. Cependant, Mithra continua à s’accrocher aux cornes de l’animal, et le taureau le traîna pendant longtemps, jusqu’à ce que l’animal n’en puisse plus. Le dieu l’attacha alors par ses pattes arrière, et le chargea sur ses épaules. Ce voyage de Mithra avec le taureau sur ses épaules se nomme transitus.

Quand Mithra arriva dans la grotte, un corbeau envoyé par le Soleil lui annonça qu’il devait faire un sacrifice, et le dieu, soumettant le taureau, lui enfonce le couteau dans le flanc. De la colonne vertébrale du taureau sort du blé, et de son sang coule du vin. Sa semence, recueillie par la lune, produit des animaux utiles aux hommes.
Arrivent alors le chien qui mange le grain, le scorpion qui serre les testicules du taureau avec ses pinces, et le serpent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_de_Mithra

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s