Soulèvements

pomme-pourrie

Dans cette expo, il est « question de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres. » Rien que ça !

via [Soulèvements] La révolte n’est pas une expo d’art – Paris-luttes.info

Il faut lire l’article.

Je l’ai vue, cette expo.
C’est fin, c’est classe.
Il y règne un silence inquiétant.
C’est intéressant, les rapprochements, il y a de vrai documents historiques.
Comme exposition d’histoire des luttes, c’est parfait. (trop ?)
Mais mettre de l’art là dedans, cela m’a semblé étrange.
Je ne pense pas que le souci émane de Georges Didi-Huberman, qui écrit.
Mais on n’en est sorti tous les deux un peu frustrés,non?

Pourquoi ?
Le truc semble être dans l’institution du musée, la professionnalisation de l’artiste,
il y a frottement plutôt que soulèvement.
C’est le haut du panier, on s’y écoute et on s’y entend.
Mais ça, on le sais déjà depuis longtemps.

Il y avait là quelques ordinateurs, pour parler des hackers militants politiques.
Mais il faut se rappeler que tout ce qui est hacktivisme ne peut se faire actuellement
que par l’anonymat.
Les lanceurs d’alerte, quand on les dévoile, sont fragiles.
Vraisemblablement, rien ne sort de la promotion d’un nom comme marque de fabrique.
Ce qui pose d’autres questions, comme celle du cadre de l’action.

L’entrée n’est pas gratuite, mais je bénéficie d’un statut privilégié, acquis par la lutte (d’autres surtout), donc je n’ai pas payé.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s