Terre électrique

Prenons un exemple : qu’est-ce qu’un cercle ? Une idée vraie, qui entend être conforme à son objet, répond : c’est une courbe fermée dont les points sont équidistants d’un point donné, nommé centre. Une définition génétique, qui explique pourquoi cette idée est vraie, affirme : c’est la rotation d’un segment de droite dont une extrémité est fixe et l’autre mobile. On obtient ainsi, dit Spinoza, une idée « adéquate » du cercle, qui montre comment construire ce qu’il s’agit de penser. Avec l’idée adéquate, on trouve ou on invente les moyens de faire comprendre pourquoi une idée est vraie : on n’est plus dans la pensée d’un simple résultat, mais dans une dynamique qui rend compte de la genèse d’un effet ou d’une conséquence.graphite

Dans sa thèse, présentée en 1851, Riemann met au point la théorie des fonctions d’une variable complexe, introduisant notamment le concept des surfaces qui portent son nom, notamment la sphère de Riemann. Il approfondira cette théorie en 1857, en faisant progresser la théorie des fonctions abéliennes.

Lors de sa soutenance d’habilitation, en 1854, orienté par Gauss, il donne un exposé, intitulé Sur les hypothèses sous-jacentes à la géométrie (Über die Hypothesen welche der Geometrie zu Grunde liegen), qui jette les bases de la géométrie différentielle. Il y introduit la bonne façon d’étendre à n dimensions les résultats de Gauss lui-même sur les surfaces. Cette soutenance a profondément changé la conception de la notion de géométrie, notamment en ouvrant la voie aux géométries non euclidiennes et à la théorie de la relativité générale.

On lui doit également d’importants travaux sur les intégrales, poursuivant ceux de Cauchy, qui ont donné entre autres ce qu’on appelle aujourd’hui les intégrales de Riemann. Intéressé par la dynamique des fluides, il jette les bases de l’analyse des équations aux dérivées partielles de type hyperbolique et résout un cas particulier de ce qu’on appelle maintenant le problème de Riemann en introduisant les invariants de Riemann.

 

 

Sur David Rabouin, Vivre ici. Spinoza, éthique locale

Prenons un exemple : qu’est-ce qu’un cercle ? Une idée vraie, qui entend être conforme à son objet, répond : c’est une courbe fermée dont les points sont équidistants d’un point donné, nommé centre. Une définition génétique, qui explique pourquoi cette idée est vraie, affirme : c’est la rotation d’un segment de droite dont une extrémité est fixe et l’autre mobile. On obtient ainsi, dit Spinoza, une idée « adéquate » du cercle, qui montre comment construire ce qu’il s’agit de penser. Avec l’idée adéquate, on trouve ou on invente les moyens de faire comprendre pourquoi une idée est vraie : on n’est plus dans la pensée d’un simple résultat, mais dans une dynamique qui rend compte de la genèse d’un effet ou d’une conséquence.

Reprendre la machine de Couffignal en terre, graphite recomposer des chemins électriques basique avec des éléments naturels?

 

img_4220

La définition légale française est : « Terre : masse conductrice de la terre, dont le potentiel électrique en chaque point est considéré comme égal à zéro1. ».

Cette définition repose sur l’hypothèse que la terre est parfaitement conductrice et que son potentiel est le même en tout point. Ceci peut être contredit ponctuellement, par exemple pendant le temps d’un choc de foudre en un point précis ; pendant cette période, certes très courte, le potentiel du sol n’est plus homogène et localement il n’est pas au potentiel moyen du globe. Il s’agit donc d’une convention, mais, fondamentalement, on aurait peine à obtenir une meilleure référence pour « zéro volt » et le sol suffit donc au quotidien. De plus, ce qui importe pour la sécurité n’est pas tant le potentiel dans l’absolu que l’équipotentialité.

En pratique, aucun conducteur n’étant parfait, le potentiel d’un conducteur de mise à la terre, généralement nommé fil de terre, ne sera pas nécessairement nul mais, sauf problème d’installation, ce potentiel devrait être suffisamment faible pour ne pas être dangereux.

Il convient de n’avoir qu’un seul puits de terre par site et de s’assurer que toutes les liaisons de terre soient interconnectées pour assurer l’équipotentialité.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s