sillon

En jouant groove autour du tempo et non mécaniquement dans le tempo, l’avantage est de compenser le caractère répétitif des séquences rythmiques en leur donnant un effet dansant et hypnotique et à l’auditeur l’impression que le morceau « avance » (sans pourtant accélérer au tempo) au lieu de « traîner » ou de paraître « lourd ». C’est ainsi qu’on demande généralement au soliste (chanteur ou instrumentiste) d’un morceau de jazz funk de ne pas presser le tempo et d’interpréter en relâchant le tempo pour bien laisser la rythmique donner une « avance » au morceau.

Le groove, chez les musiciens, donne un « état » indéfinissable de la musique, qui peut signifier un moment un peu « magique », de grâce, où celle-ci « décolle » rythmiquement ; on peut le rapprocher du swing en jazz, du duende en flamenco ou du tarab en musique arabe, chaque style de musique ayant son vocabulaire pour désigner cet état que personne n’arrive à définir clairement, mais que de nombreux artistes (et mélomanes) arrivent à ressentir.

Je commence à entrevoir des pistes.
Il y avait juste la mémoire à rafraîchir.
Une image qui se dessine.

Un truc qui se passe dans l’affirmation, pas dans le doute, cette fois.
Il y a un moment ou on doit prendre et donner confiance, emmener vers on ne sait où.
Un préalable, comme la manière dont on salue la famille, les amis.
Un truc où on passe le bras autour du cou, sur l’épaule.
Un truc qui ne se fait pas trop, chez les frileux.

Des lignes d’harmonies, des rythmes, dans le bien commun.
Pas quelque chose d’intelligible , c’est au delà de l’empathie.

Quelque chose qui est simple et humain.
Après seulement, on essaye de travailler le niveau de la discussion.

intelligible. Pour Platon, se dit de ce qui est perçu par l’intelligence, par opposition à ce qui est perçu par les sens.

 

Cet album, il a tourné en boucle un moment.

Après, c’est vraisemblablement plus moderne que contemporain,  ça chauffe fort.
Si tu vois ce que je veux dire.

Je me mets cette photo, c’est c’est juste un aide mémoire, sur le clavier.
L’interface manuelle, ce n’est pas la souris.
Il faut un plus petit truc manipulable, solide, pas cher, mais qui est sensible à la pression,
qui permet de se lâcher dessus.

Comme un pinceau, comme l’argile, pas une solution technique.

 

korgarpodyssey

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s