Computer

checkweigher-salad
J’ai regardé l’autre jour l’étymologie du verbe «computer» : pour moi, le sens en était
«penser ensemble», donc «agréger», «ajouter», «composer», mais j’ai découvert que
cela voulait également dire «élaguer», ce qui m’a beaucoup surpris. «Computare», dans
l’ancien testament, peut vouloir dire «couper des branches». Ce double sens est en réalité
très intéressant : les activités de computation impliquent à la fois de réunir, agréger,
intégrer, mettre ensemble donc, mais aussi, dans un même élan, élaguer, couper, de
façon à isoler ce qui a été ou doit être choisi en tant qu’objet de l’attention – ce qui
équivaut aussi à exclure.
La sélection qui est cœur des opérations de l’attention ne peut pas intégrer certaines données qu’elle sélectionne sans exclure – de fait, même si elle ne cherche nullement à le faire de droit – d’autres données qu’elle néglige nécessairement,précisément parce que l’attention est une ressource limitée. PageRank, par exemple, agrège des résultats, mais également sélectionne. Se retrouver à la deux millième page d’une recherche Google, cela signifie que vous avez été élagué, que vous n’existez pas sur le moteur, que, de fait, vous n’existez pas pour notre attention collective, même si personne ne vous «censure» explicitement au nom d’un certain droit. Le logiciel mesure donc l’attention, mais aussi la guide, la redirige, et réussit à vendre cette redirection de l’attention à des publicitaires. L’entreprise Google, qui représente aujourd’hui l’une des plus grandes capitalisations au monde, vit clairement du trafic de l’attention. D’un côté, cette attention est immatérielle, qualitativement différente à chaque fois, donc difficile à isoler et à caractériser uniformément, comme réflexion, sensation, interprétation, etc. De l’autre côté, cette attention est au cœur d’un certain type d’économie, produite par des
dispositifs de captation et de mesure d’ordre relatif aux media utilisés, grâce à un état de
connexion désormais permanent.
La vraie nouveauté viendrait du fait qu’il n’y aurait plus besoin de dire par avance aux machines quelles sont les caractéristiques pertinentes (pour les pratiques humaines) à sélectionner ou à viser. Ce travail de tri entre ce qui est pertinent (à sélectionner) et ce qui est non-pertinent (à négliger), des programmes apprenants pourraient le déterminer eux-mêmes à partir de certains modes de traitement automatique des grandes quantités de données, au sein desquelles leur puissance de computation absolument inédite pourrait faire émerger des corrélations insoupçonnées par les consciences humaines.  Yves Citton
Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s