Résurrection

Ce que l’on voit avec la vie algorithmisée, c’est que c’est la dimension prédatrice de l’humain qui prévaut, consistant à exploiter autant que possible toutes les fonctionnalités offertes par le numérique en vue de coller à chaque moment de la vie des individus et de ne leur laisser aucune part située à l’abri. Une poétique de l’algorithme consisterait à mettre en crise ce modèle dominant, à nous détourner de cet assistanat robotisé et à s’efforcer de maintenir la pleine capacité humaine à décider en conscience du cours de son existence. Elle chercherait encore à réintroduire de l’ambiguïté, de l’incertitude, de l’imprévu dans notre relation au monde et aux autres. Autant de dimensions vitales qui peu à peu s’éclipsent. Eric Sadin

 

dsc09371

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s