oies

Le jeu de l’oie est considéré comme l’ancêtre des jeux actuels de parcours et de plateau.[réf. nécessaire] Sur le plan symbolique, l’oie renvoie à un animal qui annonce le danger. Ce mot aurait les mêmes racines que « oreille » et « entendre ».[réf. nécessaire] Le jeu de l’oie permettrait ainsi de mieux comprendre le monde. Son tracé en forme de spirale rappelle le labyrinthe à parcourir pour arriver à cette connaissance. Pont, puits, prison, mort sont autant de figures du parcours qui font référence à la mythologie et qui ont leur correspondance ésotérique dans les images du tarot.

via Jeu de l’oie (jeu de société) — Wikipédia

le-jeu-de-loie-migratoire

L’oie, dans les campagnes, a une réputation d’animal méchant.
C’est vrai que si on s’approche trop, ça crie (cacarde) et ça mord.
et ça mord fort, parfois les oies attaquent, pour se défendre.

La plupart des espèces d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord sont migratrices à l’état sauvage.
L’oie est un des esprits totems de la roue de la vie des Amérindiens.

Le savoir-faire des migrateurs est intéressant.
Les baluchons, ce qu’on y met, la direction que l’on prend.
Comment on se retrouve.
Les flash-mob, les trucs provisoires.

(..)dans La pensée sauvage, Lévi-Strauss examine une autre forme de totémisme : non plus le totémisme classificatoire mais le totémisme ontologique. Cette fois, il y a identification entre groupes humains et espèces animales, l’un et l’autre ont des qualités en commun. On trouve ce totémisme chez les Chicasaw, Indiens du sud-est des USA, qui postulent une « analogie entre groupes humains et espèces naturelles »10 : ils comparent un clan ou hameau au raton laveur (qui se nourrit de poisson et de fruits sauvages), au puma (qui vit dans les montagnes, évite l’eau, consomme beaucoup de gibier), etc.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Totémisme

Il y a quelque chose à chercher entre le singe et l’oie.
Et le jeu de hasard.
Mettre ça en face de la machine.

Pour dépasser la machine, le dispositif, le processus.
Surtout parce que créer le langage, c’est intéressant dans une belle diversité.
Entre toi et moi, c’est bien comme point de départ.
Mais on peut extrapoler un peu.

t2ec16nhjh8e9qseu55rbrl8vth4mw60_57

 

Dans le folklore européen, le jeu de l’Oie était autrefois1 une des actvités les plus populaires. Ce jeu quoique cruel nécessitait une belle adresse.

En Wallonie, selon les règles locales, l’oie est pendue par les pattes, la tête, éventuellement attachée à une roue, on l’enterre ou on la met dans un panier en lui laissant sortir la tête. Le gagnant est le joueur qui parviendra à arracher la tête de l’animal soit -selon les règles- à main nue ou à l’aide d’un bâton, d’un sabre ou d’un pistolet. Parmi les variantes, on voit que parfois la tête de la volaille est enduite de savon, que l’animal est occis avant le début du jeu, que les joueurs ont les yeux bandés ou qu’ils montent à cheval. Il arrive que le jeu débute par un procès fictif au cours duquel l’oie est condamnée. Ce jeu n’a progressivement plus été pratiqué à partir du début du vingtième siècle.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_de_l%27oie_(folklore)

800px-gc3a4nsereiten_2010

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s