métier

 

Les séquences et le tissage, le tissu.
La mécanisation, l’automatisation  au XIXème ont commencé dans les filatures.
La délocalisation, le fait qu’on ne voit pas ici les choses se produire.

Tissu humain.
On sait faire des organes humains avec des imprimantes 3d.
Des pièces de rechange, accessibles à ceux qui ont un emploi.
Les robots, c’est coûteux,  beaucoup plus cher que de salarier quelqu’un.
Surtout avec les tarifs pratiqués en Inde ou en Chine, par exemple.

Calculer, c’est tisser aussi.
Programmer, c’est définir un motif dans l’espace et dans le temps.

 

135

Etymologie de métier
(22/04/2010, 05 janv 2011, maj 25 oct 2011)

Ce mot (d’abord « menestier », puis « mistier » et enfin « mestier ») est le doublet courant de ministère. Il est issu du latin « ministerium », « fonction de serviteur, service, fonction ».

Du latin minister : agent, celui qui aide…
et latin ministro, ministravi, ministrare ayant les sens suivants :
– servir, faire un service.
– servir à table.
– mettre la main à, exécuter, s’occuper de, pourvoir à, administrer, diriger.
– fournir, présenter, procurer, donner

Le sens latin de « ministrare » est très clair : « bibere ministrare » : servir à boire et, pour Cicéron :
« ministrare Jovi bibere »       « servir d’échanson à Jupiter »
Et le fameux
« servi ministrant »          « les esclaves servent ».

Pourquoi dit-on que Joseph, l’époux de Marie, était, selon la »généalogie de Jésus » aurait exercé le « métier » (en grec, « tektôn ») de charpentier, personnage indépendant et justifiant d’un certain statut social ?
Parce que le métier désignait socialement l’homme, au sens du chef de famille.
De nos jours l’emploi devenant prépondérant devant le métier en désuétude, on qualifie l’homme ou la femme par son état (Etudiant, chomeur, salarié, enseignant…), voire, par son « emploi » qui devient son statut.

Au moyen age : « ai mestier de traveiller » ou « Ai besoin de travailler »

Le roman de Renart [1]

(Vers 25 099)
Si con[2] il en a grant mestier               Ainsi comme il en a grand besoin

Verset 25504
Car n’avez mestier d’autre chose       Car vous n’avez besoin d’autre chose

verset 20 625
N’ai or[3] mestier[4] de traveiller [5].       N’ai pas à présent besoin de travailler

Le métier également désigne le « service de Dieu » nommé communément le « ministère ».
Ce mot est issu du latin « ministerium »[6], altéré au fil du temps en « misterium » par croisement avec « mysterium ». « Menestier », « mistier » est le service, office[7].

Le « métier  » et les bras.

Métier [8]  : On donne ce nom à toute profession qui exige l’emploi des bras, & qui se borne à un certain nombre d’opérations mécaniques, qui ont pour but un même ouvrage, que l’ouvrier repète sans cesse.
On donne encore le nom de « métier »[9] à la machine dont l’artisan se sert pour la fabrication de son ouvrage. C’est en ce sens qu’on dit le metier à bas, le métier à drap, le métier de tisserand.

Le « ministre » l’élu et le « béruf ».

Max Weber dans « L’Ethique protestante et l’esprit du Capitalisme »:
L’interprétation nouvelle du métier (que lon peut rapprocher du mot « Beruf ») comme la vocation (berufung) investit la sphère de l’activité temporelle d’une coloration positive…[10]

Le métier, le ministère :

Le mot désigne d’abord le « service de Dieu », le « service du culte », « puis l’ensemble des pratiques religieuses », la « célébration des cérémonies du culte ».

A la fin du XIIe siècle, une femme de mestier est une « prostituée ».

À la fin du Moyen Âge, l’expression gens de mestier désignait ainsi les « artisans » ou les « ouvriers ».
Dans l’ancienne langue, ce substantif a aussi le sens de « besoin, utilité », (sens que ce mot avait au moyen âge) d’où les locutions « aver mestier[11] » au sens de être nécessaire, avoir besoine de….

Évolution vers le français moderne

Le sens qui figure en tête des articles de dictionnaires depuis la fin du XVIIe siècle est celui de « fonction », de « profession que l’on choisit ».
Le dictionnaire de Furetière glose également ce mot par « machine qui sert à la fabrication de la bonneterie ».

Qu’est le « métier » outre manche ?
En Anglais le mot « Métier » vient de l’ancien Français « mestier » et du latin  misterium, evolution du Latin « ministerium » signifiant « office, service ». Le « métier » est la profession ou la charge[12]

https://sites.google.com/site/etymologielatingrec/home/m/metier

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s