composer

Le terme composite se rencontre dans plusieurs domaines :

via Composite — Wikipédia

J’ai un peu d’expérience, dans l’idée de composition.

Quand je travaille en contact plus ou moins proche avec des réalisateurs, des artistes, des techniciens, des clients, des diffuseurs, des administratifs et des financiers…
Il y a un moment ou les choses, pour qu’elles puissent se faire, demandent de prendre sur soi.
Je ne sais si c’est souhaitable, dans l’absolu c’est une forme de formatage, mais si on ne le fait pas, on n’arrive à rien.
On n’est pas des divas, et on ne veut pas donner cette image.
On souhaite donner autre chose que ça.



 

interlude technique

L’underclocking (de l’anglais), parfois francisé en sous-fréquençage ou sous-cadencement, d’un processeur, consiste diminuer sa fréquence de fonctionnement, par opposition à l’overclocking.

Cette technique permet de diminuer la consommation électrique et donc la production de chaleur. Cela permet aussi de diminuer la tension d’alimentation en dessous de valeurs minimales conseillées par le fabricant du CPU tout en restant stable.

Cette solution est en général utilisée par les personnes voulant un ordinateur silencieux (et/ou avec une faible consommation électrique comme un système embarqué). On diminue le besoin de ventilation du CPU. Si la baisse est vraiment significative, il est même possible de se passer de ventilation.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Underclocking

Ceux qui travaillent le son y ont parfois recours, quand le silence prime sur la performance du système.


 

J’ai été aujourd’hui à une réunion autour d’un éventuel projet culturel sur le territoire intercommunal.
Je ne sais pas ce vers quoi ça peut tendre, mais c’est toujours intéressant, de voir qui est présent à ces réunions, ce qui s’y dit .

Sur l’accessibilité, j’ai entendu de belles choses, des gens qui parlaient d’accueillir, du sourire comme préambule, de la difficulté de mesurer le regard que l’on porte et sa perception par l’autre parce qu’il y a ici, pas loin, des grands ensembles, sans mixité sociale, qui concentrent pauvreté pécuniaire et culturelle, et de multiples fractures.

Je ne me vois pas dans le rôle du missionnaire, pour prêcher la bonne parole artistique.
Il y a plein de cultures, il faut préserver la diversité, et juste faire comprendre qu’en échangeant avec l’autre, on ne devient pas moins soi-même.
Je pense que c’est une crainte classique, d’avoir peur de se dénaturer dans le mélange.
Face à la télévision, aux médias qui conforment, le fait de pouvoir rendre émetteur celui qui n’a pas de voix, même un court instant, peut en donner le goût.

Ce sont des choses que tu as déjà abordé.
La machine y gagnerait des modes de fonctionnement que nous ignorons.

Il faut que notre machine absurde soit compréhensible, qu’elle amène vite vers sa propre fin.
Quand je dis vite, c’est dans le temps de réaction nécessaire.
Le temps reste variable.

——-

(je ne mets pas au conditionnel pour simplifier, mais tout reste sujet à discussion)

La machine que l’on construit :

  • se compose de :
  • modules
  • fonctionnels ou non (plutôt non)
  • qui multiplient les liens par des interfaces
  • se recompose
  • désire être touchée par la grâce
  • n’est pas une solution technique, au final.
  •  …
  • ….

des modules possibles sont :

  • des synthétiseurs de blabla
  • des moules mous
  • des contenants désirants
  • des points communs
  • des algorithmes sots
  • des écrans à vérité vraie
  • etc..

On peut commencer à faire des plans chacun de notre coté, et les réunir ensemble.
Uniquement des brouillons, ça suffit pour le moment.

La question que j’ouvre maintenant est celle ci:
Comment envisageons nous, dans notre pratique, l’accessibilité?
Je ne crois pas que rajouter une surcouche de médiation soit souhaitable.
On cherche à multiplier les points d’entrée.
On peut se servir de la machine et des images, comme élément qui attirent.
Mais ce n’est pas ce qui prime, à mon avis.

Comment faire que le fait de se retrouver entre humains autour de cette machine à provoquer le langage dépasse le simple niveau de l’admiration et de la consécration collective d’un objet ou d’une action humaine?

Comment organise t’on une fête ?
Quelle fête?
A qui s’adresse t’elle?
Tu vois ou je veux en venir?

 

En gros, je souhaite dépasser ça, pour amener vite à la question du sens de l’action:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Composition_picturale

Les règles de l’art, ce n’est pas en s’y opposant qu’on arrive à les dépasser.
Tu comprends ma question?
J’ai des difficultés à la formuler clairement, même dans ma tête ce n’est pas clair.
J’ai beaucoup appris, peut-être trop.

 

extrait d’un album important.

le voilà:

 

9980736_orig.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s