expressions régulières

En informatique théorique, en théorie des langages, et en calculabilité, la hiérarchie de Chomsky (parfois appelée hiérarchie de Chomsky-Schützenberger) est une classification des grammaires formelles (et par extension, des langages formels respectifs engendrés par les grammaires), décrite par Noam Chomsky en 19561.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hiérarchie_de_Chomsky

http://regexr.com/

En mathématiques, en informatique et en linguistique, la théorie des langages a pour objectif de décrire les langages formels. Un langage formel est un ensemble de mots. L’alphabet d’un langage formel est l’ensemble des symboles, lettres ou lexèmes qui servent à construire les mots du langage ; souvent, on suppose que cet alphabet est fini.

Les mots sont des suites d’éléments de cet alphabet ; les mots qui appartiennent à un langage formel particulier sont parfois appelés mots bien formés ou formules bien formées. Un langage formel est souvent défini par une grammaire formelle, telle que les grammaires algébriques et analysé par des automates.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Langage_formel

On a déja parlé de ce qui n’est pas écrit mais de lire entre les lignes.
Essaie par exemple de parler avec ALICE, c’est un chatbot :

http://alice.pandorabots.com/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Agent_conversationnel

Il y a des chatbots plus performants.
(qui font un peu plus illusion)
Moi, c’est vite vu, je préfère de loin parler avec toi.

Dans ma vie, j’ai déjà été amené à rencontrer des humains qui parlaient comme des programmes.
Sans généraliser, il y en a un peu partout.
Souvent ce sont des personnes qui tiennent un rôle, qui sont amenées à tenir des discours, donner des ordres, etc.
Je parle de structures.
J’aimerai bien qu’on parle de ça.
C’est un souci humain.

A force de fréquenter les machines, on prend des tics ou on s’en rend compte plus facilement.
Il ne faut pas grand chose, pour dépasser ça, un petit peu tout les jours.

 

En théorie de la calculabilité, le problème de l’arrêt est le problème de décision qui détermine, à partir d’une description d’un programme informatique, si le programme s’arrête ou non.

Alan Turing a montré en 1936 que le problème de l’arrêt est indécidable[réf. nécessaire], c’est-à-dire qu’il n’existe pas de programme informatique qui prend comme entrée une description d’un programme informatique et un paramètre qui, grâce à la seule analyse de ce code répond VRAI si le programme s’arrête sur son paramètre et FAUX sinon. Une partie importante de la démonstration a été la formalisation du concept de programmes informatiques : les machines de Turing.

En pratique, on ne peut pas élaborer un compilateur capable de déterminer dans tous les cas si le programme bouclera indéfiniment ou non, bien qu’il soit cependant possible pour certaines séquences de codes identifiables de s’assurer que la construction génère potentiellement un bug. Ce résultat est généralisé par le théorème de Rice à de nombreuses autres propriétés concernant l’analyse des programmes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Problème_de_l’arrêt

 

Kraftwerk – The Man-Machine (Full Album + Bonus Tracks) [1978]

http://www.ac-grenoble.fr/artsvisuels26/recuperation_figuration/objets_figurations.html

paik.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s