gagne-pain

Du verbe gagner et du nom pain. (XIVe siècle)  [1] De l’ancien français gaignepain (« épée, l’épée du chevalier »), (XIIIe siècle) de l’ancien français gaaigne pain (« ouvrier très peu payé »)  [2], de l’ancien français gaaigner (« paître, récolter, profiter »), du latin gagnagium (« gain, profit »)  [3].

J’ai acheté un nouvel ordi en occase sur internet.
Une sorte de fusée, l’ancien a dix ans.
Une machine qui a été chérie par son propriétaire précédent.
et qui va être mise au travail.
C’est un ex-gamer, jeune père de famille qui me l’a vendu.
Une question autour des addictions.
Sa femme, qui jouait avec son bébé a souri doucement, quand j’ai dit que je le prenais.
Je n’ai pas marchandé.

Il fut autrefois responsable d’une maladie, l’ergotisme, appelée au Moyen Âge mal des ardents ou feu de saint Antoine, liée à la présence d’ergot dans le seigle utilisé pour fabriquer le pain. Cette maladie, qui dure jusqu’au XVIIe siècle, se présente sous forme d’hallucinations passagères, similaires à ce que provoque le LSD, et à une vasoconstriction artériolaire, suivie de la perte de sensibilité des extrémités des différents membres, comme les bouts des doigts. À cette époque, il était communément admis que ces personnes étaient des victimes de sorcellerie ou de démons. Saint Antoine est le saint-patron des ergotiques.

(…)

Selon Mary Matossian, l’ergot de seigle aurait fait partie des causes de la Grande Peur de 1789.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ergot_du_seigle

 

070423-000-A_1822508.jpg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s