Production de masse

(Ivan illich, la convivialité)

Le paradoxe est que nous sommes maintenant parvenus, dans notre habileté à outiller l’action humaine, à un niveau jadis impensable et que c’est pour­tant justement à notre époque qu’il est devenu difficile d’imaginer une société simplement outillée, où l’homme pourrait parvenir à ses fins en utilisant une énergie placée sous contrôle personnel. Nos rêves sont standardisés, notre imagination industrialisée, notre fantaisie programmée. Nous ne sommes capables de concevoir que des systèmes hyper-outillés d’habitudes sociales, adaptés à la logique de la production de masse. Nous avons quasiment perdu le pouvoir de rêver un monde où la parole soit prise et par­tagée, où personne ne puisse limiter la créativité d’autrui, où chacun puisse changer la vie.

Le monde actuel est divisé en deux : il y a ceux qui n’ont pas assez et ceux qui ont trop; ceux que les voitures chassent de la route et ceux qui conduisent ces voitures. Les pauvres sont frustrés et les riches toujours insatisfaits. Une société équipée du roulement à billes et qui irait au rythme de l’homme serait incomparablement plus efficace que toutes les sociétés rugueuses du passé, et incompara­blement plus autonome que toutes les sociétés program­mées du présent. Nous voici à l’âge des hommes-machines, incapables d’envisager, dans sa richesse et dans sa concré­tude, le rayon d’action offert par des outils modernes maintenus dans certaines limites. Dans l’esprit de ces hommes, nulle place n’est réservée au saut qualitatif qu’im­pliquerait une économie en équilibre stable avec le monde qu’elle habite. Dans leur cervelle, nulle case ne s’offre pour une société libérée des horaires et des traitements que lui impose la croissance de l’outillage. L’homme-machine ne connaît pas la joie placée à portée de main, dans une pauvreté voulue; il ne sait pas la sobre ivresse de la vie. Une société où chacun saurait ce qui est assez serait peut-être une société pauvre, elle serait sûrement riche de surprises et libre.

DSC03238

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s