comprendre

La systémique est une méthode d’étude ou façon de penser les objets complexes. Forgée sémantiquement à partir du mot en grec ancien systema, signifiant « ensemble organisé », elle privilégie une approche globale, holiste, la pluralité des perspectives selon différentes dimensions ou à différents niveaux d’organisation, et surtout la prise en compte des relations et interactions entre composants.

Apparue progressivement au milieu du XXe siècle, la systémique s’est construite en opposition à la tradition analytique cartésienne et à d’autres formes de réductionnisme, qui tendent à découper le tout en parties indépendantes et montraient leurs limites dans la compréhension de la réalité. Sont historiquement distinguées deux grandes phases, souvent dites « première » et « deuxième » systémiques : la première (des années 1950 à 1970) souvent considérée comme statique, centrée autour des systèmes théoriques fermés étudiés en France par le structuralisme, aux États-Unis par la cybernétique et la théorie de l’information ; la deuxième systémique à partir des années 1970 avec l’apparition des concepts d’émergence et d’auto-organisation, débouchant sur une conception plus ouverte et davantage appliquée des systèmes complexes.

La systémique n’est pas considérée comme une science dotée d’un objet donné, mais comme une méthode scientifique transversale utilisable sur un grand nombre d’objets scientifiques, et aussi comme un mouvement international (systems science ou systems theory en anglais) visant à dépasser les limites des approches réductionnistes. De ce point de vue la systémique peut être rapprochée des mathématiques, avec lesquelles elle partage certaines de ses branches comme la théorie des systèmes dynamiques.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Systémique

Il y a un paradoxe ou une faille dans les systèmes, quels qu’il soient .

Pour moi, le holisme ne marche pas complètement.
La monade, je n’y crois pas.

Là, la faille semble humaine, avec une part de hasard non négligeable.
Les volontés individuelles ou collectives se sont forgées avec le temps, le mot « humanité » regroupe une diversité vaste.

On a tous, à un moment, pensé un individu comme inhumain.
On mélange deux trucs, là.

Il y en quand même beaucoup, qui ont capitulé sur l’idée de cohérence entre ce qu’ils font et ce qu’ils désirent.
En fait, une sorte de folie se dessine dans des comportements qui semblent tellement anodins, les trucs du quotidien.Je ne parle pas des guerres.
On vit quand même, ici, une schizophrénie, qui nous fait passer régulièrement entre un état de conscience et la folie (nécessaire à notre survie ?) de l’oubli de cette cohérence .
Je lirai plus Foucault, avant d’en parler.
C’est plus un ressenti qu’autre chose.
Et ce n’est pas donné à tous, les moyens de juste saisir un instant ça.

tumblr_mymyt7pTG71sk42rpo1_500

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s