Échecs et math

9183605lpw-9183818-article-jpg_4380226_660x281

L’échec de la machine de Couffignal et de la France après guerre se résume en plusieurs points :

Pour la machine elle-même : mauvaise gestion du projet, une conception technico-scientifique erronée et une faillite du partenaire industriel.

Pour la recherche française :

l’interruption causée par la guerre, la défaite, l’occupation allemande ont stoppé ou ralenti les activités technologiques du pays et isolé ses savants de nouvelles formes de la recherche.

Certaines lacunes dans le savoir  ou savoir-faire scientifiques et techniques… ont rendu plus difficiles la conception et la construction de calculateurs.

Le sous-développement des activités liées au calcul… dévalorisées dans un milieu universitaire dominé par les mathématiques pures.

La faible demande du marché français du traitement de l’information.

Le maintien des cloisonnements institutionnels et la dispersion des efforts.

(P.E. Mounier-Kuhn, l’informatique en France, PUPS, p153).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s