Simondon p125

Au contraire, et malgré les apparences, c’est la machine véritablement automatique qui remplace le moins l’homme, parce que la fonction de régulation, qui existe dans cette machine, suppose une variabilité de la marche, une adaptabilité du fonctionnement à l’accomplissement de ce travail.

Les capacités de la machine ne sont que celles qui ont été mises en elle par son constructeur : elle déroule ses propriétés comme la substance développe ses attributs.

p127
La machine est seulement un moyen; la fin est la conquête de la nature, la domestication des forces naturelles au moyen d’un premier asservissement : la machine est un esclave qui sert à faire d’autres esclaves. Une pareille inspiration dominatrice et esclavagiste peut se rencontrer avec une requête de liberté pour l’homme. Mais il est difficile de se libérer en transférant l’esclavage sur d’autres êtres, hommes, animaux ou machines; régner sur un peuple de machines asservissant le monde entier, c’est encore régner, et règne suppose l’acceptation des schèmes d’asservissement.

et l’homme se donne le titre de créateur ou au moins de contremaître de la création : il joue un rôle démiurgique : c’est le rêve de Faust, repris par une société toute entière, par l’ensemble des technicien.

slide_3

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s