Genèse

Simondon p154

Quel est le sens de la genèse des objets techniques par rapport à l’ensemble de la pensée, de l’existence de l’homme, et de sa manière d’être au monde ?

Il y a genèse lorsque le devenir d’un système de réalité primitivement sursaturé, riche en potentiels, supérieur à l’unité et recelant une incompatibilité interne, constitue pour ce système une découverte de comptabilité, une résolution par avènement de structure. Cette structuration est l’avènement d’une organisation qui est la base d’un équilibre de métastabilité. Une telle genèse s’oppose à la dégradation des énergies potentielles contenues dans un système, par passage à un état stable à partir duquel aucune transformation n’est plus possible.

p159
la technicité est une des deux phases fondamentales du mode d’existence de l’ensemble constitué par l’homme et le monde.

voir rapport de phase (physique)

technique et religion (sujet à développer ?)

p162
C’est donc de l‘unité magique primitive des rapports de l’homme et du monde qu’il faut partir pour comprendre le véritable rapport des techniques aux autres fonctions de la pensée humaine; c’est par cet examen qu’il est possible de saisir pourquoi la pensée philosophique doit réaliser l’intégration de la réalité des techniques à la culture, ce qui n’est possible qu’en dégageant le sens de la genèse des techniques, par la fondation d’une technologie ; alors s’atténuera la disparité qui existe entre techniques et religion, nuisible à l’intention de synthèse réflexive du savoir et de l’éthique.

métastabilité de la pluie électronique que je propose d’appeler ‘unité magique primitive des rapports de l’homme et du monde

 
p163
L’unité magique primitive est la relation de liaison vitale entre l’homme et le monde, définissant un univers à la fois subjectif et objectif antérieur à toute distinction de l’objet et du sujet, et par conséquent aussi à toute apparition de l’objet séparé.
p164
la médiation entre l’homme et le monde s’objective en objet technique comme elle se subjective en médiateur religieux; mais cette objectivation et cette subjectivation opposées et complémentaires sont précédées par une première étape de la relation au monde, l’étape magique, dans laquelle la médiation n’est encore ni subjectivée ni objectivée, ni fragmentée ni universalisée, et n’est que la plus simple et la plus fondamentale des structurations du milieu d’un vivant : la naissance d’un réseau de points privilégiés d’échange entre l’être et le milieu.
passages01
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s